Le 101>Bienvenue au Japon

Par Mike Garrett, le 20 mai 2008.

Japan1

Soyons francs pendant un petit moment. Posséder et rouler avec une voiture au Japon est source d’emmer***. Lorsqu’on vient des États-Unis où participer à un long road trip et conduire pour aller au lycée est un rite de passage pour beaucoup, je changeais totalement de monde en déménageant au Japon l’année dernière. Les propriétaires de voitures japonais font face à des inspections bisannuelles strictes et onéreuses (appelées « shaken »), à des routes faisant ressembler ma Honda Fit à un Expedition, et à des péages autoroutiers parmi les plus chers au monde. Pourtant, malgré tous ces facteurs qui vont à l’encontre du fait de posséder une voiture, le Japon a l’une des plus grande et des plus diverse culture automobile au monde.

Bien que le Japon fasse environ la taille de la Californie, le pays tout entier est jonché de circuits de course de toutes les tailles, et un coup d’oeil à un porte-revues de n’importe quelle librairie japonaise montre la diversité et le volume de fétiches automobiles au Japon. De mon étrange point de vue, je pense que la difficulté de posséder une voiture ici est une des raisons principales pour que l’on trouve autant de choses cool en rapport avec l’automobile un peu partout. Si les gens décident de faire face aux problèmes de posséder, restaurer et modifier leurs voitures, il paraît logique de le faire le mieux possible. Mon but en tant que Speedhunter est de révéler le monde dynamique qu’est celui de la vie automobile japonaise. Alors que les reportages sur le monde du « tuning » japonais ne manquent pas, l’histoire d’amour au Japon avec l’automobile va bien plus loin que cela, et c’est ce que j’espère démontrer dans mon reportage.

Lorsque l’on parle du monde du tuning, vous devez d’abord comprendre qu’au Japon, la modification des voitures japonaises n’est pas vraiment une sous-culture comme c’est le cas dans d’autres pays. Il n’y a pas de « mouvement tuning d’importation » au Japon, et dans leur patrie, des voitures comme les Silvia et les GT-R ont un statut similaire à celui de la Mustang aux États-Unis ou de la Porsche 911 en Europe.

AE86Fix

Une idée reçue à propos des voitures au Japon est que tout le monde conduit des voitures qui ont, pour la plupart, seulement quelques années. Après avoir vécu ici pendant un petit moment, je découvris que ce n’était pas le cas. Même s’il est vrai que les inspections onéreuses peuvent être un frein pour les voitures anciennes plus que pour les voitures modernes, cela n’empêche pas les passionnés d’apprécier des voitures de tous les âges. Cependant, on a l’impression que les personnes qui conduisent d’anciennes voitures le font non parce qu’ils ne peuvent se permettre d’acheter quelque chose de récent, mais parce qu’ils ont une attirance spéciale pour ce modèle en particulier. Les AE86, comme celles sur la photo ci-dessus, en sont un parfait exemple. Malgré le fait que certaines d’entre elles ont maintenant 25 ans, les AE86 sont toujours monnaie courante à la fois sur les circuits et dans les rues du Japon.

Maintenant que les perspectives de base sur l’automobile japonaise sont posées et que vous connaissez mes sentiments par rapport à celle-ci, jetons un oeil à quelques uns des différents aspects de la culture automobile au Japon. Certains sembleront familiers, d’autres non.

Japan6

Si vous avez déjà lu des choses sur le Japon, vous devez avoir entendu parler des Japonais et de leur attachement aux traditions ainsi qu’au conformisme, d’où le proverbe « le clou qui dépasse sera enfoncé à coups de marteau ». J’imagine que quelqu’un a dû oublier de le dire aux préparateurs comme Smokey Nagata de Top Secret, connu pour construire des machines scandaleuses et peu orthodoxes, à l’image de la Toyota Supra à moteur V12 ci-dessus. Il ne construit pas seulement des voitures capables d’atteindre des vitesses extrêmes, il le prouve également en voyageant à travers le monde pour battre des records de vitesse, et ce pas toujours d’une manière très légale.

Japan4_9bdW_0

Ensuite, vous avez les accros au « time attack ». Vous entendez beaucoup parler de ces gars sur Speedhunters. Ils font tout ce qui est possible pour gagner quelques fractions de secondes sur leur meilleur temps au tour, et certains d’entre eux utilisent des méthodes de tuning et de collecte de données qui s’apparent à une opération de la NASA. Le circuit de Tsukuba est le centre de la culture « time attack » au Japon, et heureusement, je n’habite qu’à quelques encablures du fameux circuit. Comme le drift, le mouvement du « time attack » commença au Japon avant d’envahir le reste du globe. La Cyber Evo ci-dessus a toujours été aux avant-postes de la scène du « time attack ».

Japan7

A l’opposé du spectre, on trouve les voitures VIP/Dress Up. Elles ne sont surement pas les voitures les plus rapides, mais qui s’en préoccupe ? C’est la réponse spirituelle à la Mercury ’49 au toit rabaissé des États-Unis. A l’intérieur de ces voitures, vous ne trouverez ni arceaux de sécurité ni sièges baquets, mais un intérieur customisé et des systèmes audio-vidéo incroyables. Même si l’on peut penser que cela s’apparente aux caisses « bling-bling » des clips de rap, une attention est portée aux détails et elles ont look unique qui leur est propre. 

Japan9

Le drift est certainement la partie la plus connue de la vie automobile japonaise et il ne nécessite pas plus d’explication. Avec Speedhunters, vous avez trouvé une nouvelle source de contenu sur le drift partout dans le monde. Comme cela se fait ailleurs, le drift au Japon passa d’origines modestes à un sport mécanique professionnel de grande échelle. Aussi bien au niveau amateur que pro, le drift fait toujours partie des pratiques préférées du public au Japon et les pilotes japonais seront toujours les pionniers de ce sport.

Japan10

Toutefois, ne pensez pas que les japonais n’apprécient que leurs voitures locales. Même si de nombreuses voitures importées sont construites pour reproduire parfaitement celles se trouvant dans leur lieu d’origine, les japonais sont aussi connus pour apporter leur propre style aux objets étrangers et en les adaptant pour correspondre à leurs besoins et leurs goûts. Le tuning de RAUH-Welt Porsche en est le parfait exemple. Les voitures ont beau être allemandes d’origine, leur style une fois modifiées dévoile un caractère japonais caractéristique. 

Japan8

De plus, il est aussi possible de voir des voitures japonaises transformées de façon impropre au Japon. Ces classiques japonaises sont modifiées d’une manière qui les ferait sentir chez elles dans n’importe quel « drive-in » de la Californie du Sud. Le Japon a une importante scène hot rod qui inclut aussi bien des voitures américaines que japonaises. Je savais qu’ils avaient les caractéristiques du style hot rod lorsque je me suis baladé dans une exposition et que j’ai parfois eu du mal à dire quelles voitures étaient américaines ou japonaises avant de m’en approcher. 

Japan3

Enfin, il y a la scène de la voiture japonaise vintage. Avant qu’il n’y ait les gros turbos et les sièges en fibre de carbone, il y avait les carburateurs horizontaux et les sièges aux dossiers bas. En regardant ces machines nostalgiques, vous pouvez y voir les racines de la scène tuning moderne au Japon. De nombreux grands noms de l’industrie prirent goût à la vitesse avec des voitures comme la « Hakosuka » Skyline ou la « San-maru » 240Z. Rappelez vous d’où vous venez.

Cela vous donne une brève vue d’ensemble de quelques morceaux de l’importante culture automobile japonaise. Restez connectés pour en savoir plus pendant que nous nous enfoncerons dans le monde sauvage de la vie automobile au Japon et dans le reste du monde.

Publicités