Vie Automobile>Un Plaisir Hollandais

Par Jeroen Willemsen, le 28 mai 2008.

1_0N8v_5

Avoir une passion pour les voitures est un hobby qui coûte cher. Mais c’est aussi très satisfaisant; n’adorez vous tout simplement pas sortir le vendredi et rencontrer des amis sur un parking du coin pour parler voitures ? J’avais l’habitude de faire tout le temps cela avant d’avoir mon permis il y a dix ans et ma première Honda Civic Coupé. Nous avions toujours l’habitude d’aller dans un McDonald’s sur l’une des plus grandes routes des Pays-Bas pour se rassembler et faire la fête. Nous faisions des courses pendant la nuit et visitions beaucoup de salons tuning en Hollande et en Belgique les weekends. Nous avions même notre propre club appelé Streetlegal Honda. Le but était juste de profiter et de sortir avec ses amis.

A cette époque, nous avions mis la main sur quelques vidéos JDM d’Option et regardions des petites séquences de drift sur internet. Tout à coup, il fallait drifter. Beaucoup de mecs sont donc passés d’Honda tractions à des Nissan propulsions. Même si j’aurais adoré posséder une Nissan, il ne m’était tout simplement pas possible d’en acheter une. Ma seule option était donc la glisse sur plateaux repas (Une « mode » venue des États-Unis consiste à voler des plateaux repas dans les McDonald’s ou tout autre fast food et de placer ceux-ci sous vos roues arrière. Ainsi, même les tractions peuvent drifter !). Mais heureusement pour moi, cela ne durerait pas longtemps.

4_08Li_5

Je me suis fait beaucoup d’amis lors de mes visites aux salons automobiles. Je travaillais pour Fuel sur quelques salons et aidais toujours un bon ami à moi avec sa société Gofaster. Le drift prenait de plus en plus d’ampleur et en 2005, je fus invité à me rendre en Angleterre pour regarder deux drifters du D1 GP drifter pour la première fois sur une piste européenne.

8_LrqZ_1

Pour la première fois, je voyais certains de mes héros brûler l’asphalte. Nomura et Kazama étaient là pour montrer à tout le monde comment l’on s’y prenait au Japon. Plus tard dans l’année, nous nous sommes également rendus au premier événement dédié au D1 avec tous les drifters D1 présents; Ryuji Miki courait à ce temps là sur sa S15 Top Secret dorée. C’était la bonne époque.

2_jyuw_5

C’est vraiment ici que ma passion pour les voitures de drift a pris son envol, je commençais à travailler de plus en plus pour Gofaster et je suis arrivé avec un plan. Achetons la voiture D1 Streetlegal de Ken Nomura. Tout le monde me dit que j’étais fou. Mais après avoir étudié mon budget, la voiture était en chemin depuis le port de Rotterdam et j’étais le copropriétaire de Gofaster. La voiture arriva à destination pendant l’été 2006, en juillet, et après ça, nous voyageâmes à travers l’Europe pour des démonstrations et des événements.

3_YBig_5

Nous achetâmes la voiture sur Powervehicles qui nous la proposa. Elle fut construite par Blitz pour promouvoir le championnat D1 Street Legal au Japon. Elle ne participa pas au championnat donc elle était en excellent état et n’eut pas une vie tumultueuse au Japon. La voiture fut assemblée exactement selon les mêmes spécifications que les voitures de D1 GP de cette époque hormis l’intérieur qui fut laissé d’origine. J’avais donc maintenant une voiture de course à quatre portes avec tout le raffinement de l’usine.

7_17PW_1

Nous avons fait de nombreuses démonstrations avec la voiture et beaucoup de ce que j’appelle des expositions statiques. La voiture eut un réel impact sur la scène européenne et tout particulièrement en Grèce, en Espagne et en Italie. Nous avons décidé cette année qu’il était temps de vendre la voiture. C’est également le moment où je déclarai vouloir poursuivre une autre carrière.

Je commençai d’abord avec mon propre blog, Kultivate, c’est l’endroit où je peux présenter mes goûts et mes connaissance en terme de voitures. Il prit réellement de l’ampleur et j’eus beaucoup de réponses sympas en provenance du monde entier. Rod Chong fut l’un des visiteurs et il me contacta en me demandant si je voulais qu’on travaille ensemble sur un projet « top secret ». Tout à partir de ce moment est allé très vite et je suis désormais fier d’être un Speedhunter.

Publicités